Chez des papillons, la diversité des motifs colorés tient à leur fardeau génétique

29 janvier 2021 par Administrateur
Une équipe de chercheurs qui étudie des papillons mimétiques d'Amazonie vient de faire une découverte qui pourrait ouvrir la voie à une nouvelle compréhension de la structuration des génomes au cours du temps.
Le papillon amazonien toxique Heliconius numata, dont le motif coloré est connu des prédateurs comme un signal d’avertissement.

[Actualité CNRS-InEE] Différents individus d’une population expriment parfois des types comportementaux ou morphologiques bien distincts, dus à la variation simultanée de plusieurs caractères. Génétiquement, ces types bien contrastés reflètent souvent des changements dans la structure des chromosomes, parfois très anciens. Mais pourquoi ces types persistent-ils ainsi sans que l’un finisse par s’imposer ? Une équipe de chercheurs issus du Centre d’Ecologie Fonctionnelle et Evolutive (CEFE – Univ Montpellier/CNRS/EPHE/IRD/Univ Paul Valéry Montpellier 3), du Laboratoire écologie, évolution, interactions des systèmes amazoniens (LEEISA – Univ De Guyane/CNRS/IFREMER), de l’Institut de Systématique, Evolution, Biodiversité (ISYEB – MNHN/ CNRS/UPMC/EPHE/Sorbonne Université), du Biocampus Montpellier (Univ Montpellier/CNRS/INSERM) et de l’Université d’Auckland (Nouvelle-Zélande) a percé ce mystère en étudiant les couleurs des papillons tropicaux. Leurs travaux, parus dans la revue Nature Genetics, ont révélé que les changements chromosomiques qui déterminent des colorations mimétiques très avantageuses sont associés à un véritable fardeau de mutations délétères, ce qui les empêche d’évincer complètement les colorations moins avantageuses, au fil des générations. Cette étude montre que la diversité des adaptations, et leur maintien à long terme, s’explique en partie par leurs effets indésirables associés.

> Lire la suite de l’actualité sur le site de l’InEE/CNRS

A lire aussi