Rapport d’activité 2021 de la station de recherche des Nouragues

22 février 2022 par Administrateur
Le rapport d'activité 2021 de la station de recherche des Nouragues, plateforme gérée par l'UAR LEEISA, est disponible. Découvrez ici les travaux réalisés et les programmes scientifiques opérés au cours des derniers mois, dans un contexte de reprise en mode "monde d'après" des missions scientifiques.

Après une année 2020 dominée par l’actualité de la pandémie Covid, la station des Nouragues a pu reprendre en 2021 de belles couleurs, même s’il faut dorénavant composer avec les nouvelles normes sanitaires qui compliquent l’organisation des projets dans un site aussi isolé, au cœur de la forêt tropicale amazonienne de Guyane. L’équipe, pilotée sous la direction technique d’Elodie Courtois, a su s’adapter et atteindre un niveau de services permettant la reprise quasi normale des activités.

La fréquentation, bien qu’encore légèrement en baisse par rapport aux années d’avant la pandémie, marque une tendance de retour au rythme de croisière. 2370 jours/hommes ont été comptabilisés sur la station, dans un rapport très légèrement supérieur sur le site de Saut Pararé qui est rappelons-le accessible en pirogue. La station étant ouverte à l’année, ceci représente mathématiquement une fréquentation permanente de 6 à 7 personnes chaque jour, réparties sur les deux sites, camp Pararé et Inselberg.

Cette fréquentation couvre trois grands pôles d’activité : les activités techniques pour l’entretien et le développement des équipements de la station, les activités d’observation permanente de l’écosystème tropical (5 références de suivis scientifiques de long terme pour les programmes et 3 pour les suivis d’espèces de la Réserve naturelle), et les programmes scientifiques, ponctuels ou pluri-annuels.

En 2021, cette dernière rubrique enregistre 9 projets dans des domaines variés : écologie des caimans, rôle des nutriments dans l’écosystème, identification et mesures exhaustives des arbres sur des parcelles témoins, dynamique de colonisation d’une espèce-modèle de grenouille dendrobate, détection acoustique de la biodiversité, dynamique saisonnière de la végétation, exploration en environnement naturel d’un ver nématode modèle d’études génétiques, détermination d’indicateurs de santé des écosystèmes, étude des mécanismes évolutifs du chant et de l’apprentissage des oiseaux à partir des divers « dialectes » du payo-payo au travers de l’Amérique du sud.

Dans un autre registre, la station témoigne cette année encore d’une ouverture sur la société et de son intégration dans l’environnement socio-économique guyanais. Elle a accueilli trois productions audiovisuelles pour des reportages naturalistes et scientifiques diffusés sur des chaînes nationales et internationales. Une formation pour les enseignants de biologie des collèges et lycées de Guyane a été organisée, pour la deuxième année consécutive par la Réserve naturelle des Nouragues. Deux stagiaires de la maison familiale et rurale de la commune de Régina ont pu se former en station aux côtés de l’équipe technique, et le projet « Circuit-court » a consolidé l’approvisionnement local en denrées auprès de producteurs de l’est guyanais. C’est aujourd’hui quelques 60% des approvisionnements vivriers qui proviennent de ces circuits.

Enfin, notons que trente-huit articles scientifiques ont été publiés dans la littérature internationale spécialisée, témoignant de l’apport essentiel de la station des Nouragues à la production de connaissances sur les écosystèmes tropicaux et amazoniens de Guyane.

+ Télécharger le rapport d’activité 2021 de la station de recherche des Nouragues

A lire aussi