Rencontres au sommet de la forêt tropicale en Guyane

18 juin 2021 par Administrateur
Un article de la revue "The conversation" relate un programme de recherche réalisé dans le cadre de l’Observatoire Hommes-Milieux Oyapock. Avec son équipe, le chercheur Pierre-Michel Forget (MNHN), a entrepris en 2013 d’analyser comment les activités humaines affectent la diversité et le fonctionnement de la forêt proche des corridors écologiques le long de la RN2. Jointes également, les trois courtes vidéos présentant le programme (production : Parc zoologique de Paris).

[Extrait : The Conversation] Au Muséum national d’histoire naturelle, nous avons entrepris plusieurs expéditions scientifiques qui visent à réaliser un inventaire de la diversité faunistique de la forêt en Amazonie guyanaise. De nombreuses espèces de mammifères et d’oiseaux y visitent les plantes pour se nourrir de leurs fruits, certaines contribuant à la dispersion des graines, donc à la régénération et à la bonne santé de l’écosystème et des hommes qui en dépendent.

Dans le cadre des recherches de l’Observatoire Hommes-Milieux Oyapock du CNRS, nous avons entrepris en 2013 d’analyser comment les activités humaines affectent la diversité et le fonctionnement de la forêt proche des corridors écologiques le long de la nouvelle Route Nationale 2 (RN2).Longue de 80 km entre les communes de Régina et de Saint-George-de-l’Oyapock, ouverte en 2003, la RN2 permet aujourd’hui de se rendre au Brésil en empruntant le pont construit en 2011 au-dessus du fleuve frontalier. Ces deux infrastructures ont pour objectif de permettre de désenclaver l’Est guyanais tout en favorisant les échanges économiques entre le département français de la Guyane et l’état de l’Amapa, au Brésil.

La RN2 offre de nouvelles opportunités d’accéder à un massif boisé auparavant éloigné des zones habitées, isolé et donc relativement protégé […+ Lire la suite sur The Conversation]

+ Voir sur Youtube les trois épisodes associés, de la websérie « Sur les traces de la Biodiversité Guyanaise » produite par le Parc zoologique de Paris.

A lire aussi