Rendre Visible l’Invisible : Remise des prix du concours de dessin naturaliste à l’école Abriba de Matoury

30 mai 2022 par Administrateur
En octobre et novembre 2021 les dessinateurs scientifiques Delphine Zigoni et Julien Norwood ont sillonné la Guyane pour partager leur art auprès des plus jeunes. 243 élèves, dans une quinzaine de classes du littoral guyanais et de fleuve Maroni, ont bénéficié d'ateliers de dessins, produisant de très belles illustrations de différentes espèces de fourmis présentes en Guyane.

Le projet « Rendre visible l’invisible » est une résidence d’artiste lauréate du l’AAP du LabEx Ceba 2021, lancé pour fêter ses 10 ans d’existence en Guyane et promouvoir la culture scientifique. Cette action a permis aux artistes Delphine Zigoni et Julien Norwood, tous deux dessinateurs scientifiques à Paris, de sillonner la Guyane au cours d’un périple de deux mois, durant lesquels ils ont produit un ensemble variés de dessins, plantes, animaux, paysages, portraits et scènes de vie.

Le dessin naturaliste, une compétence scientifique

Le dessin scientifique, ou dessin naturaliste, est une technique particulière qui a pour but de représenter très précisément les détails d’un sujet – par exemple, une espèce de plante ou d’animal, pour permettre son identification. La technique fait appel au sens de l’observation et à la précision du geste, deux qualités que l’on retrouve dans l’exercice scientifique. Si elle a connu son heure de gloire au siècle des lumières, aujourd’hui encore où la photo est devenue reine, la technique garde tout son intérêt car elle peut permettre une représentation complète de ce qui n’est pas toujours visible, sur un même plan, à l’état naturel.

C’est ce talent que les dessinateurs ont partagé à l’occasion de 16 ateliers qu’ils ont proposé durant leur séjour, principalement en milieu scolaire, mais aussi à l’école d’art de Guyane.

Dans le cadre scolaire, les ateliers se sont tenus auprès de classes engagées dans le projet de sciences participatives BuG (Biodiversité urbaine de Guyane) un projet de l’UMR EcoFoG et financé par les fonds européens Feder qui s’appuie sur l’aide des écoles pour parvenir à cartographier, à l’échelle de toute la Guyane, la biodiversité des fourmis et champignons rencontrés dans les zones urbanisées, ou tout au moins habitées.

S’intéresser à la biodiversité négligée de Guyane

L’expérience, tant pour les sciences participatives que pour les ateliers de dessin, a rencontré beaucoup de succès, permettant à de nombreux enfants et leurs familles de s’intéresser à une biodiversité qui n’est pas toujours perçue comme emblématique, et de ce fait souvent méconnue.

A l’issue des ateliers, un concours a été organisé sur un célèbre réseau social afin de décerner un prix du public aux plus beaux dessins parmi tous ceux réalisés dans l’esprit exigeant du dessin naturaliste. Les deux lauréats plébiscités sont Ingrid Legerme, scolarisée à l’ école Abriba de Matoury, pour la catégorie Ecole primaire, et Amayyas Boukersi, du collège Agarande à Kourou, pour la catégorie Collège. Une remise des prix a été symboliquement organisée à l’école Abriba de Matoury, le mardi 24 mai, en présence de la lauréate de l’école, du personnel enseignant et de la directrice, ainsi que de représentants de la mairie de Matoury et du Rectorat de Guyane.

+ Voir le communiqué de presse
+ Voir le kakemono du projet « Rendre visible l’invisible »

Dans les médias

+ Voir le sujet média sur l’espace numérique de Guyane La Première
+ Voir le sujet sur le compte Facebook de la mairie de Matoury

Ces ateliers de dessins à travers toute la Guyane et l'organisation du concours ont pu se tenir grâce à la contribution des partenaires suivants, que nous remercions : La fondation BNP Paribas, le Muséum national d'Histoire naturelle, le Parc amazonien de Guyane, l'Ecole d'Art de Guyane, l'association IPE pour le dialogue interculturel, et l'agence de médiation scientifique Com Au Carré.

A lire aussi